Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (2022)

Sorti le 22 septembre 2022 de l’accès anticipé dans lequel il était entré en décembre 2020, Arcanium: Rise of Akhan est un jeu PC (Steam et Epic Games Store) également offert par Netflix à ses abonnés sur smartphone et tablette, que ce soit sous Android ou iOS/iPadOS. Ce jeu de carte en monde ouvert mélange deckbuider et roguelike avec un objectif simple, parvenir à défier Akhan pour le vaincre et purifier le monde. Lauréat du meilleur jeu de stratégie indépendant au DreamHack 2019 d’Atlanta et meilleur jeu de carte à celui d’Anaheim en 2020, ainsi que meilleur jeu de stratégie PC aux NYX Game Awards 2022, Arcanium est un titre développé par Supercombo Games et édité par Rogue Games, titulaire d’un partenariat avec Netflix. La proposition, avec sa direction anthropomorphique, est alléchante sur le papier, voyons ce qu’il en est en pratique.

Vengeaaaaaance

Il y a 400 ans de cela, la Guerre de l’Apogée mit le monde d’Arzu à feu et à sang suite à l’invasion des forces d’Akhan afin de répandre la corruption d’Umbra, la lune sombre. Mais celui-ci finit par être défait et ne souhaite désormais plus qu’une chose: se venger. Suite à son retour, en bombardant Arzu d’Éclats corrompus (de puissants serviteurs chargés de diffuser la corruption autour d’eux), le capitaine Milady Delanoy, une chatte épéiste renommée, va tout faire pour mettre à nouveau fin à cela. Et c’est accompagnée d’Aurora, une renarde pyromancienne, et de Léon, un lion paladin chargé de protéger ses camarades, qu’elle cherchera à mener à bien sa mission. Pour cela, le petit groupe de héros devra parcourir les 3 provinces que sont la forêt mystique d’Anador, les plaines dorées d’Uzir et les Terres Calcinées du royaume perdu. Ils y affronteront les sbires d’Akhan et autres êtres corrompus, jusqu’à déclencher le courroux de celui-ci et pouvoir ainsi le rejoindre sur son île pour essayer de le terrasser et sauver Arzu.

Chaque province dispose de sa propre histoire, mais aussi de son propre bestiaire, ainsi que de ses propres artefacts et, bien entendu, de son propre boss. De même, chaque héros (vous en rencontrerez bien d’autres par la suite) possède son lore, comme des équipements personnels et certaines aptitudes, notamment une compétence passive (Aurora, par exemple, inflige 2 brûlures à chaque fois qu’un ennemi la touche). Mais ne nous leurrons pas, la trame et l’histoire de chacun ne sont pas plus approfondis que cela et restent un simple prétexte pour enchaîner les combatsde cartes qui sont au cœur du jeu. Il n’y a d’ailleurs aucune cinématique pour aider à mieux connaître et à se rapprocher des personnages. Et bien des références sont inutilement données (noms de villages, de divinités, d’ordres religieux…), du fait que l’on ne prend pas vraiment le temps de nous détailler quoi que ce soit et que cela n’a pour effet que de nous embrouiller en nous noyant sous trop d’informations, finalement sans réel intérêt.

L’univers fantasy anthropomorphique à base de magie et de technologie est plutôt séduisant.

Et s’il existe bien des dialogues sous forme de bulles de BD avec la vignette des personnages en premier plan, il n’y a aucun doublage, tout n’est que textuel, traduit et sous-titré en français. On regrettera toutefois quelques omissions, comme dans le texte concluant l’histoire, dommage. Graphiquement, le titre ne présente rien non plus d’exceptionnel, mais son univers fantasy anthropomorphique à base de magie et de technologie est plutôt séduisant. Les animations, lors des affrontements (de cartes, rappelons-le), sont en revanche assez limitées. La musique accompagnant vos aventures, comme les bruitages, sont de circonstances, mais on n’y prêtera pas non plus une attention plus poussée que cela. Précisons également au passage que, jeu PC et tactile par essence, Arcanium ne prend pas en charge la manette. Petit jeu indépendant, il ne vous éblouira donc pas par son histoire ou sa technique, ce n’est pas là que réside sa force, mais plutôt dans son gameplay.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (1)

Remi Marchand, et Josh Kohlmeier, respectivement directeur général et directeur technique de Supercombo Games, et accessoirement cofondateurs du studio, sont fans de jeux de cartes, notamment Magic the Gathering et Lord of the Rings. Pour développer Arcanium, ils ont eu recours à différentes sources d’inspiration allant des MOBAs (3 héros et 3 lignes de combat), aux RPG (open world, système de loot), en passant bien entendu par d’autres jeux de combat de cartes. On retrouve ainsi, comme dans Heartstone, une vue du dessus du plateau de jeu, ou encore, à l’image de Slay the Spire, un deckbuilding propre à chaque héros. L’idée est ici de proposer un deckbuilder stratégique solo en monde ouvert de type roguelike. Il s’agit en effet, avec un groupe de 3 aventuriers, de parcourir le monde afin de le rendre le plus puissant possible et être prêt à affronter Akhan lors du combat final.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (2)

Des préliminaires importants

Pour mener à bien votre quête, vous disposez d’une carte composée de cases octogonales sur laquelle choisir votre prochaine destination. Se rendre sur l’une d’entre elles débloque les cases adjacentes que vous pouvez ensuite rejoindre, sauf si un combat se trouve dans leur périphérie. Dans ce cas, il faut alors résoudre préalablement celui-ci. C’est en cela que le titre se présente comme un open world, car libre à vous de vous rendre là où vous souhaitez aller, sauf sur les cases déjà visitées qui sont alors épuisées (à l’exception des marchands et capitales). Par conséquent, ce n’est pas une aventure linéaire, vous pouvez choisir de vous lancer dans un combat, bien sûr, mais aussi de vous confronter à un événement (cache de butin, don à une secte contre récompense…), de prier les esprits dans un sanctuaire pour obtenir une bénédiction permanente pour votre groupe, de ramasser un tas de cartes (3 nouvelles compétences pour le héros de votre choix), aller à la rencontre d’un oracle afin de révéler la position de certains lieux, transmuter une carte en une autre d’un niveau supérieur, ou encore améliorer vos cartes. Vous avez aussi la possibilité d’upgrader celles-ci dans les feux de camp où dans l’auberge d’une capitale, à moins de préférer y récupérer des points de vie, car ils ne sont pas automatiquement restaurés entre deux combats. Ce ne sont pas les choix qui manquent.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (3)

Enfin, il vous reste l’option d’échanger vos pièces d’or auprès des marchands pour obtenir de nouvelles cartes à choisir parmi celles proposées de manière aléatoire: des compétences auprès des entraîneurs, des objets fabriqués par les alchimistes, des artefacts dans les forges, ou des serviteurs dans les avant-postes. Ces derniers sont des cartes particulières que vous pouvez poser entre vous et votre adversaire et qui disposent à la fois de points d’attaque et de défense, mais qui peuvent aussi générer certains effets. Notons qu’au début de chaque partie, 3 quêtes de monde vous sont également proposées. Ces dernières peuvent se dérouler dans différentes provinces et incitent ainsi à se rendre dans chacune pour obtenir la récompense promise, ce qui enrichit encore le concept. Malencontreusement, l’affichage bug durant la partie, et l’on peut ainsi voir plusieurs fois la même quête. De même, récupérer la récompense n’est pas toujours possible, mais vous pouvez aussi parfois l’obtenir à différentes reprises. Une défaillance technique regrettable.

Un jeu stratégique plus poussé qu’il n’y paraît au premier abord.

Quoi qu’il en soit, un compteur de menace augmente à chaque case de la map visitée, avec des ennemis qui deviennent de plus en plus puissants. Lorsque celui-ci atteint le niveau maximum (30), l’Apocalyse se déclenche suite au courroux d’Akhan qui bombarde alors chaque province de combats de boss (vous ne pouvez pas affronter le boss d’une province avant, à moins de tomber dessus par hasard). Dès que vous êtes prêts, vous pouvez alors vous lancer à l’assaut de celui de votre choix. En le battant, cela ouvrira un portail sur le vide vers Arcanium, l’île où se terre Akhan. Avant d’affronter le boss final, vous pouvez toutefois dépenser vos dernières pièces d’or pour vous équiper et améliorer au mieux votre équipement et votre deck, celles-ci ne vous seront plus d’aucune utilité ensuite.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (4)

Revenons-en maintenant au cœur du jeu: le combat de cartes au tour par tour. Vous disposez donc de 3 héros et faites face à 3 adversaires, le tout sur 3 lignes différentes, chaque ennemi s’en prenant au héros face à lui. Il est toutefois possible, avec certaines cartes, de changer de ligne ou de provoquer un des opposants pour rediriger son attaque sur un héros donné. Il est également envisageable d’échanger la place de deux combattants adjacents au prix d’un point d’action. Ce qu’il faut retenir, de manière générale, c’est qu’il s’agit clairement d’un jeu stratégique plus poussé qu’il n’y paraît au premier abord. La position des héros, l’ordre dans lequel vous les faites intervenir et celui dans lequel vous jouez vos cartes sont primordiaux. Même si le fonctionnement est simple à comprendre, il faut vraiment réfléchir avant chaque action pour ne pas subir des conséquences non désirées. Et sur ce point-là, le jeu fonctionne à merveille. Il est vraiment varié et complet, avec un bon équilibrage des compétences et souvent des avantages accordés à condition en contrepartie d’en accepter les inconvénients. Pour vous en sortir, il s’agit de bien observer le prochain coup prévu par chaque adversaire, ainsi que les statuts (bonus et malus) qui affectent vos héros comme vos ennemis. Pour cela, n’hésitez pas à consulter le glossaire mis à votre disposition pour bien comprendre le sens de chaque mot, comme pour les effets de vos cartes. Pour vous aider, les dégâts actuellement à venir sont également précisés à côté de chaque carte. On reprochera toutefois aux info-bulles de masquer parfois maladroitement certaines informations utiles.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (5)

… avant l’extase final

Chaque héros dispose de 3 PA (points d’action) au début de chaque tour et tire 3 cartes (ces deux aspects sont améliorables ensuite jusqu’à 5). Toutes les cartes coûtent un certain nombre de PA et ceux qui ne sont pas dépensés à la fin du tour sont reportés au suivant. Quant aux cartes non utilisées, elles retournent dans la pioche, sauf celles disposant du statut de conservation qui restent dans votre main (maximum 5 cartes). En dehors des serviteurs déjà évoqués, celles-ci vous permettent d’attaquer en ligne droite ou sur une ligne adjacente, avec éventuellement des coups multiples, des dégâts de zone et/ou sur la durée (brûlure, poison, malédiction…), avec cumul possible, voire vol de vie ou de bouclier. Faire en sorte d’avoir suffisamment de bouclier (certaines cartes sont dédiées à cela) pour faire face au prochain coup adverse est un atout. Il est aussi possible d’enchaîner certaines cartes pour bénéficier d’effets de combos. La construction du deck de chaque membre de votre groupe est par conséquent d’une importance capitale. Malheureusement, l’impossibilité de classer les cartes pour mieux vous y retrouver, que ce soit dans votre deck ou votre collection, rend la chose parfois un peu lourde à gérer. Mais, outre les compétences, il faut aussi compter sur les avantages octroyés par les bénédictions acquises en cours de route, ainsi que sur l’équipement de vos aventuriers.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (6)

Chaque héros peut en effet recevoir 3 artefacts lui procurant des bonus ou des effets supplémentaires. De plus, chacun dispose de 3 puissants artefacts d’héritage parmi lesquels vous pouvez retenir celui de votre choix, à condition d’en avoir préalablement trouvé. À cela s’ajoutent les 3 objets (eux aussi à trouver ou acheter) dont peut disposer le groupe. Il s’agit de consommables utilisables une seule fois par combat, permettant par exemple d’appliquer un buff ou un debuff, ou encore de se purifier de la malédiction… Enfin, notons que chaque PA dépensé fait monter la jauge de furie du héros concerné, et lorsque celle-ci est pleine, vous pouvez utiliser son ultime (à choisir parmi les 3 dont il est le détenteur unique). Les combats peuvent être de plusieurs types (assaut, élite, éclat, boss et bien sûr Akhan) avec à chaque fois des récompenses plus conséquentes: or, compétences, artefacts simples ou d’héritage et points d’essence. Concernant ce dernier point, en accumulant 5 points d’essence, vous pouvez augmenter le nombre de PA ou de cartes piochées (jusqu’à 5) pour un héro donné, ou restaurer 30 PV à tout le groupe, bien utile. Il peut s’agir d’éliminer tous les ennemis ou simplement l’élite, de survivre 4 tours, ou encore de faire exploser un tonneau caché derrière vos opposants.

Les boss mettront votre résistance à rude épreuve.

Les éclats sont des élites suprêmes et ont comme particularité de disposer de compétences létales et passives rendant les choses bien plus compliquées. Vous pourrez par contre récupérer 20 PV pour tout le monde à la fin du combat. Les boss, comme Akhan, fonctionnent de manière similaire, si ce n’est qu’ils changent d’effet passif au début de chaque tour, ce qui vous oblige à vous adapter à différentes conditions, et que ce sont de véritables sacs à PV rendant le combat plus long qu’à l’accoutumée. Votre résistance est donc mise à l’épreuve. Et si l’un de vos valeureux combattants est mis KO durant un combat, il reviendra ensuite parmi vous avec 5 points de vie. Mais attention, le déplacer générera de la corruption à celui qui prendra sa place. Par contre, si tout le groupe est mis KO, la partie s’achève et vous avez perdu. Roguelike oblige, il vous faudra alors tout recommencer depuis le début. Impossible de reprendre à la dernière sauvegarde, il n’y en a pas. En revanche, chaque partie, même perdue, débloque de nouvelles cartes grâce aux niveaux pris par vos héros (cela ne les rend pas plus forts ni plus résistants, ils ont seulement accès à de nouvelles cartes qui, elles, sont plus puissantes). Celles-ci seront donc accessibles dans la prochaine partie, tout comme les artefacts, objets et héros débloqués. Sachez qu’il existe 13 héros, chacun avec 2 domaines de prédilection (arcane, élémentaire, nature, lumière, vide) et son propre deck de départ de 9 cartes sur les 14 possibles.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (7)

Vous devez donc sélectionner votre groupe de trois défenseurs d’Arzu avant chaque partie. Et si aller au bout d’un run en se défaisant d’Akhan (ce qui n’arrivera pas forcément dès la première fois) peut ne prendre que 4 petites heures, voire moins, vous pourrez ensuite recommencer avec une nouvelle équipe disposant de pouvoirs passifs différents, mais aussi de divers artefacts d’héritage, compétences et ulti, largement de quoi renouveler l’expérience en gardant de l’intérêt. De plus, il vous faudra plusieurs runs pour collectionner non seulement tous les héros et tous les cadres de cartes décoratifs en remplissant certains objectifs (vaincre Akhan dans chaque niveau de difficulté, vaincre chaque boss de province, visiter un certain nombre de fois chaque Province ou chaque vendeur…), mais aussi les compétences, les artefacts, les objets, et les serviteurs en uppant tous les héros au niveau max. Et pour couronner le tout, si vous pouvez, au début, choisir entre une partie décontractée (ennemis avec 25% de PV en moins et héros avec 25% de PV en plus, comme pour les soins) ou normale (sans modificateur), vous débloquerez ensuite, après avoir battu Akhan, le mode difficile qu’il faudra boucler pour accéder au mode expert puis ainsi de suite avec les modes héroïque, mythique, cauchemar et apogée, avec à chaque fois des modificateurs de plus en plus désavantageux, mais un gain d’XP accéléré. Voilà largement de quoi donner au soft une durée de vie conséquente.

Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering - L&#039 ... (8)

Les plus :

  • Un véritable jeu stratégique
  • Complet, varié et équilibré
  • Le concept d’open world préparatoire
  • Une DA anthropomorphique séduisante
  • Les différents héros à collectionner

Les moins :

  • Une histoire accessoire
  • Quelques bugs techniques
  • Impossible de classer les cartes
  • Des traductions font défaut
  • Des info-bulles envahissantes

LE BILAN DU Test d'Arcanium: Rise of Akhan - Heartslay the Gathering

15

Arcanium est un bon petit jeu de stratégie plutôt prenant, à base de deckbuilding reposant sur une préparation au combat ultime via l’exploration libre d’une carte en monde ouvert. Son histoire ne retiendra pas plus que cela votre attention, tout comme ses graphismes loin d’être de dernier cri, ou sa technique parfois aux fraises, mais il s’avère plutôt mignon, avec son côté anthropomorphique, et repose sur des bases solides. Il faudra savoir faire preuve de discernement et de stratégie pour construire les meilleurs decks et obtenir les meilleurs équipements et autres avantages pour les membres de votre groupe, ainsi que lors des combats au cours desquels il vaut mieux rester concentrer et bien tout étudier. Le concept roguelike du soft avec une difficulté croissante et un aspect collection à compléter, notamment de héros afin de varier régulièrement la donne, lui assure de surcroît de longues heures de jeu en enchaînant des parties de durée raisonnable.

Top Articles

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Greg Kuvalis

Last Updated: 09/20/2022

Views: 5504

Rating: 4.4 / 5 (75 voted)

Reviews: 82% of readers found this page helpful

Author information

Name: Greg Kuvalis

Birthday: 1996-12-20

Address: 53157 Trantow Inlet, Townemouth, FL 92564-0267

Phone: +68218650356656

Job: IT Representative

Hobby: Knitting, Amateur radio, Skiing, Running, Mountain biking, Slacklining, Electronics

Introduction: My name is Greg Kuvalis, I am a witty, spotless, beautiful, charming, delightful, thankful, beautiful person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.